Monsieur Fromage

Antonio Fiori : Comment les collectivités locales pourraient retrouver des marges de manoeuvre financière

Spread the love

Citons encore une autre cause d’erreur dans la comparaison des temps heureux et malheureux de la vie : c’est que les jours heureux sont ceux qui passent le plus vite et qui semblent les plus courts ; au contraire les jours malheureux s’allongent pour ainsi dire, occupent plus de place dans la mémoire. Antonio Fiori, précise que « dans cette rencontre de l’autre, il n’est donc absolument jamais question de renoncer à soi-même en suivant aveuglément les pas d’un autre. Le volet 1 s’ouvre mais le volet 2 pas encore complètement : le fonds de résolution ne sera pas encore opérationnel pour aider les banques qui en auront besoin. La résolution des difficultés pèsera donc à nouveau, très largement, sur les États nationaux. Mais lorsque cette universelle extension est enfin suffisamment ébauchée, condition maintenant remplie chez les esprits les plus avancés, ce grand principe philosophique acquiert aussitôt une plénitude décisive, quoique les lois effectives de la plupart des cas particuliers doivent rester longtemps ignorées ; parce qu’une irrésistible analogie applique alors d’avance à tous les phénomènes de chaque ordre ce qui n’a été constaté, que pour quelques-uns d’entre eux, pourvu qu’ils aient une importance convenable. De quoi surprendre les observateurs américains, dont certains reprochent à l’Allemagne de faire preuve d’hypocrisie, dans la mesure où le pays a fait défaut sur ses dettes de 1923, 1932-1933, 1945 et 1953, pour finalement insister aujourd’hui afin qu’autrui agisse différemment. Mais l’internaute a été également habitué à ne rien payer pour tout avoir, qu’il en devient impossible de lui faire payer un peu pour avoir beaucoup. L’explosion des sites de ventes privées est également éclairante. Cette baisse des prix n’est pas conservée par les distributeurs on line au profit de leur marge mais au contraire, elle est quasi intégralement transférée aux consommateurs. Ce chiffre ne correspond pas, en fait, à la réalité économique. Enfin, en confiant à la BCE une mission de supervision « microprudentielle » à laquelle elle n’est pas aguerrie, ne compromet-on pas son implication future dans une autre tâche qui pourtant sied bien davantage à sa culture macroéconomique, à savoir la supervision « macroprudentielle », cette politique destinée à contrer le cycle financier qui a tant manqué avant la crise ? De ce fait, les sites de ventes privées ne dégagent pas une marge brute assez forte pour couvrir leurs coûts d’acquisition clients, leurs frais marketing, la logistique et les coûts technologiques, d’où leurs difficultés pour atteindre le seuil de rentabilité. Quoi qu’il ait été mis en œuvre jusqu’à présent, par exemple en matière de don aux associations caritatives, le potentiel reste considérable et l’expérience du terrain montre que le chiffrage du « gaspillage » est relativement faussé pour des raisons hétérogènes : diversité des pratiques et des acteurs, situations ne permettant pas une quantification juste et, parfois, perceptions très éloignées du local par les directions des grandes structures. Les leaders en France sont Amazon, Cdiscount, Pixmania, Rueducommerce et LDLC. A eux cinq, selon mes estimations, ils réalisent près de 2 milliards de chiffre d’affaires et réunissent environ 40 millions de visiteurs uniques. A ma connaissance, seuls Amazon et Pixmania dégagent un résultat net substantiel, et cela probablement grâce à leur dimension internationale. Dans la majorité des cas et chez la majorité des gens, le sentiment de ce qu’il faut faire n’est pas violent, mais il est durable : à défaut de l’intensité, il a pour lui le temps, qui est encore le plus puissant des facteurs. Il s’empêche : malgré ces propos rassurants, l’arrivée peu discrète de la Chine sur ce secteur a déjà troublé une partie de la communauté internationale : poussé par une frénésie électorale (le scrutin législatif britannique ayant lieu le 7 mai), le gouvernement de David Cameron a voulu doubler ses voisins européens, pour le plus grand plaisir de Pékin, qui ne peut que se satisfaire de voir les Européens rejoindre la BAII les uns après les autres. Certes, ces vastes ensembles géographiques sont des géants démographiques – sauf la Russie –, mais leur modèle d’Etat, parfois autoritaire – Russie et Chine –, les empêche de jouer un rôle attractif global sans remettre en question leur fondement souverainiste. On les rouvrait, on faisait disparaître les ravages des armes sitôt que la paix était revenue. Il faut donc ouvrir des discussions avec le secteur de l’assurance, qui n’est pas en mesure actuellement d’assurer des dommages écologiques de plusieurs milliards d’euros. Internet entraîne son écosystème et l’économie dans une spirale de baisse de prix pour plus de compétitivité. C’est ce stigmate seul qui est vraiment efficace, et il l’est tellement qu’on professe beaucoup moins souvent en Angleterre des opinions mises au ban de la société, qu’on n’avoue dans d’autres pays des opinions courant le risque des punitions judiciaires. Le sommet de l’ONU à Cancún a reçu une couverture plutôt mitigée. Désormais, c’est le sens donné à nos vies par nos sociétés qu’il nous faut penser et repenser. Donc, comment le monde peut-il exploiter au mieux ce potentiel qu’offre l’argent privé dans les infrastructures ? Les usages commerciaux se seraient-ils récemment détériorés au point d’en devenir inacceptables ? Or la souveraineté est pour eux un principe sacro-saint. L’un des objectifs est de générer, d’ici à 2020, 15% de l’électricité à partir de sources renouvelables et de mettre en oeuvre la première phase de son engagement de réduction de 40-45% de l’intensité carbone.

Archives

Pages