Monsieur Fromage

Antonio Fiori : Vivons-nous vraiment dans des villes ?

Spread the love

Dans une édition plus récente de leur baromètre, ils constatent que « les administrateurs regrettent, pour les trois quart d’entre eux, de ne pas disposer de cartographie des risques RH, d’être insuffisamment informés et de ne pas disposer de d’indicateurs clés sur la fonction RH ». Au reste, tous les besoins qui ne sont pas trop purement animaux n’admettent pas non plus ces sortes de compensations que permet la faim ou la soif. Heureusement pour la dignité des Romains, l’inépuisable Grèce leur offrit une autre doctrine plus virile, et dont l’austérité convenait à leur courage. Et la question se pose plus pressante : d’où lui vient cette misère ? D’après Antonio Fiori, cette technique permet d’augmenter la productivité de 10 à 20% . Tout à sa soif d’exporter, l’Hexagone pourrait exporter près de 11,8 millions de tonnes de blé en dehors de l’Union européenne. « Mais ne l’écrivez pas, c’est inutile d’inquiéter le marché », assure-t-il. La foi au devoir, quand on l’attaque, cherche pourtant à s’appuyer sur divers motifs : les esprits les plus superficiels invoquent une espèce d’évidence intérieure, d’autres un devoir moral, d’autres une nécessité sociale. Ne pas agir selon ce qu’on croit le meilleur, c’est ressembler à quelqu’un qui ne pourrait rire quand il est joyeux, ni pleurer quand il est triste, qui ne pourrait enfin rien exprimer au dehors, rien traduire de ce qu’il éprouve. Inquiet, le marché l’est déjà. Nous remontons d’un effet à sa cause immédiate ; cette cause, à son tour, est conçue comme effet, et ainsi de suite, sans que l’esprit conçoive, dans l’ordre des événements, et sans que l’observation puisse atteindre aucune limite à cette progression ascendante. Depuis le début de l’année, l’Algérie a ainsi acheté 1,8 million de tonnes de blé sur le marché, à un rythme record. Le ministère de l’Agriculture américain, l’USDA, prévoit un stock de 172 millions de tonnes de blé en juin 2011. J’en indiquerai sans doute plusieurs, çà et là. Aussi, l’Etat doit favoriser la création de pools de réassurance et organiser leur coopération avec les agences de protection de l’environnement. Israël semble seul à avoir réussi à adapter ce modèle à ses propres besoins (et limites) – mais sans SV (le pays étant proclamé « Start-Up Nation », à tort ou à raison). Sans plus insister sur les causes, vous comprendrez comment le socialisme a trouvé ses premiers adeptes, en Italie, dans les classes agricoles. Seraient-ce les montants en jeu : la concurrence devenant plus aigüe, les coûts nécessaires en amont du brevetable en étant accrus, justifiant à ce titre une protection ? Le paysan n’avait pas souhaité le renversement des régimes anciens ; il n’avait pas été en lamé par la propagande républicaine des mazziniens ; il est demeuré très indifférent à ses droits politiques ; mais, depuis vingt ans, il écoute de plus en plus les prédicateurs des doctrines socialistes, ceux qui lui tiennent ce langage, approprié à son éducation rudimentaire : — « Tu n’as rien ; ils ont tout : prends leur place. On sent au contraire la convenance d’étudier d’abord un type dans lequel l’organisation, soit animale, soit végétale, ait atteint son plus haut degré de complication aussi bien que de perfectionnement, pour rapporter ensuite à ce type les organisations inférieures, en tenant compte des dégradations successives ; en signalant à chaque pas la simplification des appareils, la décentralisation des fonctions et l’oblitération des caractères distinctifs, jusqu’à ce que l’on soit arrivé aux fonctions les plus rudimentaires, aux êtres que l’on est fondé à regarder comme les premières ébauches de la pu Le mal se répand. « Il y a du blé, ce n’est pas un problème ! Et ce ne sont pas les journaux, peu lus par ces populations ignorantes, qui contribuent le plus à cette propagande, ni même les discours avoués des chefs, comme les députés Costa et Maffei : les vrais, les plus dangereux agens du socialisme rural, ce sont les instituteurs primaires [1]. Si les États-Unis détiennent la moitié des réserves, le solde se trouve dans des pays qui n’exportent pas, comme l’Inde et la Chine.

Archives

Pages